Nyakage

Dallas - Episode 499

{ 02:42, vendredi 26 mars 2010 } { 0 commentaire(s) } { 0 rétrolien(s) } { Lien }

La nuit est profonde et noire, on entend au loin le son feutré des pattes de dragodindes sauvages sur l’herbe humide. Pamelnya  se tient seule assise au zaap, bouteille de gin du Chatbrulé à ses pieds.

Pourquoi ? Pourquoi nous as-tu menti JPopo !

Elle avale une dernière gorgée de gin et lance rageusement le cadavre à terre. Elle ramasse son MPphone et le regarde, expressive comme une raie bleue vidée, compose le /w JR, puis, recevant une fin de non recevoir, le /w JP.

-         Pamelnya : Tu as rejoins la firme Nef sous de faux prétextes ! J’ai demandé à la cousine de la demi-sœur  de l’amant de Sue-Kuny et elle m’a tout raconté !

On entend une musique mielleusement plaintive venue de nulle part.

-         JP : Oui. Mais tu dois comprendre.. Je n’avais pas d’autre choix !

-         Pamelnya : Tu aurais pu..Si seulement tu avais dit la vérité..Tout aurait été different !

-         JP : Mais..(La musique se fait encore plus présente) Je ne pouvais plus ! Notre collaboration devait cesser ! C’est… c’était la seule solution !

-         Pamelnya : Mais pourquoiiiiiiiiiiiiii ?

-         JP : Ce n’était pas à cause de toi Pam’… Je ne supportais plus…

-         Pamelnya : Oh, mon JPopo, quel est donc ce secret qui t’a arraché a nous ?

-         JP : Seule une personne le sait..

Les deux protagonistes se taisent, la musique atteint son paroxysme cacophonique

-         JP : Je te le dirai bientôt.



Touche pas au pc !

{ 17:50, jeudi 25 mars 2010 } { 1 commentaire(s) } { 0 rétrolien(s) } { Lien }

Il y a quelque temps, mon ex petit groupe de dofusiens a donné dans le comique de répétition en arène. Comment tout a bien pu commencer ? Je n’en ai même plus la moindre idée. Je me souviens juste de fragments et de fous rires. Une drôle de petite bête ailée m’avait interpellée, sur une sombre histoire de hack (cf. 2 ans en arrière pour ceux qui débarquent ^^’) et à force de – hackeuse !  – rayée !  – hackeuse ! -rayée ! une grande partie de la guilde s’était retrouvée sur place pour lui jeter des figues moles ( © Galla) La discussion avaient atteint des sommets, allant jusqu'à transcender l’in pixel pour s’aventurer sur toutes les hypothèses que m’offraient mon futur, à savoir, forcément, courir à l’Ankama convention (intéressante cette inversion angliciste, non ? ça lui donne tout de suite un cachet sérieux, tel un jeu qui ne serait pas une ‘bêta’ permanente..) Ainsi, nous débattions tous, dans une ambiance bon enfant

-         toi j’te vois à la conv’ j’te casse les dents

-         Zut, moi qui avait si hâte d’y aller…

-         Ouai ouai parle parle. T’approche d’un pc j’te défonce !

-         C’est parce que ta vie est si triste que tu confond ta souris et ton clavier avec ta petite amie ? :s

-         Parle parle !

-         Et si elle s’approche.. disons d’un distributeur de banque.. y’a un clavier.. tu la tapes ?

-         Parle parle !

Et ainsi de suite, comme il se doit, entrecoupé de mes fous rire sur skype (je suis sure qu’il avait prévu de m’assassiner selon le vieux précepte ‘j’suis Mort de rire’.. quel salow…:/ ) Pourtant, alors que tout tendait à me convaincre que les heures déjà écoulées au rythme martelé du ‘Parle parle’ allaient se muer en jours, un événement a tout bouleversé ! Cette brave petite eni, que le manque de sommeil ou l’abus  de café avait changé en croc gland enragé, a soudain décidé de tous nous ignorer, et la, ma vision du monde a changée. Elle était devenue heureuse ! Sereine ! En quelques clics sur ignorer, qui n’avait jamais aussi bien porté son nom, elle avait atteint le Bonheur. Et elle l’affirmait ! Devant mes doigts ébahis, elle venait de me montrer que oui, c’était possible. Moi qui parfois m’interroge sur mes ceux qui n’ont jamais choisi de marcher sur les mains, je suis restée coite. Elle m’avait propulsée dans des hauteurs de philosophie qui me dépassait, et de très loin. J’y pense encore, à cette Mimi Eni. Peut on sincèrement décider en une fraction de seconde de tout oublier ? Accède t’on au bonheur par l’ignorance ? Un clic pour oublier sa violence passée, oublier nos railleries, et se sentir être sans le regard des autres. Moi qui cherche en vain à comprendre, à obtenir des explications, qui m’écorche les mains le cœur et la voix sur leurs ciments, en suis-je plus heureuse ? Non, assurément non. M’a-t-elle menti, a-t-elle juste feint sa joie pour me prouver par la supercherie la supériorité de son ignorante sagesse ? L’ignorant-volontaire serait plus apte à la sérénité que celui qui cherche sans trouver? Ca m’a l’air évident lorsque je l’écris, et pourtant je ne sais m’en persuader. Aspirer a ne rien savoir, ne rien réfléchir, ne rien penser peut être même.. Comment cela peut il être épanouissant à long terme ? Je me bats contre moi-même et les autres pour ne jamais laisser trop de poussière sur mes neurones, je crains l’enlisement dans la paresse intellectuelle. Seulement, me battre, ce mot aux accents agressifs, peut il réellement me faire progresser ? Pas juste avancer, mais progresser, me rapprocher d’une chose que je ne connais pas mais qui a l’air si belle pourtant.. Pourtant.. Pourtant, et possiblement comme beaucoup d’autres, parfois je ne souhaite moi aussi rien de plus que l’oubli et la chimie de la nature ou celle des hommes m’apparaît comme un refuge que je n’ose tenter. Oh, j’ai bien inhalé quelques fumées, mais rien de plus, et sans y trouver cette chimère d’abandon et de calme. Et, bien vite, l’envie de savoir me revient comme une ligne à suivre. Pour aller où ?



Dallas - Episode 423

{ 16:04, jeudi 25 mars 2010 } { 0 commentaire(s) } { 0 rétrolien(s) } { Lien }

Dofus c’est Dallas en mal doublé, avec le budget d’une semaine de bouffe pour un Somalien.

Partons de cette assertion, que je supposerai vrai, et éclairons d’une couleur de brin d’herbe sous la rosée printanière notre petite guilde.

 

Episode 423

 

JP, coiffé de son  Stetson fraîchement linké en /g /w /p accompagné des classiques [Argent]x 3698 XD, doit rejoindre secrètement l’empire Nef, fondé sur l’élevage bouftin.

 

-         JP (parle en guilde) : Si je croise un boufton noir bontarien avec un tofu maléfique sous EPHO vous savez si j’obtiens un piou neurasthénique et suicidaire ?

-         Crew 1 (parle en guilde) : Euh. Ouai ouai pas de soucis ça gère t’inquiète

 

JP se rend au ranch d’Otomaï, y lâche une dinde boostée aux dragofesses depuis 3 semaines non-stop, son boufton et son tofu. La nature étant bien faite – aucun rapport avec les evenements qui suivent, mais elle est bien faite, si si, juré ! – La dinde assouvit dans la foulée ses deux envies. Elle recrache quelques plumes et, revigorée par ce repas tant attendu, se jette sur le boufton qui n’en demandait pas tant.

 

-         JP (parle en guilde) : MDR ! elle a bafré le piaf !

-         Crew 2 (parle en guilde) : Bah bravo JPopo, beau travail, on la gardait affamée pour le rodéo de dimanche ! Aller, c’est pas grave, le ranch Fada en aura bien une pour nous dépanner 

 (fondu au noir)

-         JP (à lui-même) Bien bien, le Cercle est prévenu.. parfait… brouiller les pistes…

-         JP (parle en guilde) Nan mais c’est quoi ce bordel ! Bande de trolls sous stuffés ! Vous m’avez pris pour un bébé wabbit de 3 semaines ? J’ai pas eu mon piou neurasthénique et suicidaire et vous me souteniez que j’allais l’avoir ! Votre faute à tous ! Vous n’avez que ça à faire ? Me mentir ! Aller, adieu !



De tout de rien. De mois en moi. Comprenne qui pourra.

{ 02:51, mercredi 29 juillet 2009 } { 1 commentaire(s) } { 0 rétrolien(s) } { Lien }

Des souvenirs pleins la tête, comme tout le monde non ? J'sais toujours pas dire ce que je prefere, pis diantre, c'est quoi cette manie de vouloir preferer quelque chose. Un jour je m'aime, un jour non, mais apres tout est ce important ? Alors la grande question c'est ça va Belfort ? Est ce que vous etes chauds comme des patates ? A moins que ce ne soit de savoir si je suce pour un coca.. j'sais pas, j'sais plus, non j'ai jamais su et je ne veux pas le decouvrir. J'crois que le lapin blanc aux oreilles noires reste un bon compagnon de songes meme si il n'a jamais su compter, pov tite bete. A moins que je lui prefere le lapin des neiges qui s'eleve toujours plus haut dans les etoiles ? Bon, ok des fois il tombe et ca, ca me rend toute triste, parait que je suis trop sensible. On peut etre trop sensible ? Encore une question sans conteste essentielle. Mais ce soir, ca va, je m'aime, alors pouette pis stoo. Ah, oui, je ne mets toujours pas les cedilles, les accents avec parcimonie. Mais tu ne le fais plus non plus ? Est ce une coincidence si ca ne t'arrive que sur son prenom ? Fierté de merde, filez lui une corde que l'on en soit debarassé pour de bon, de la mienne, de la tienne, de celle a machin aussi (j'vous ai perdu la non ?) C'est si dur de me dire tu me manques ig ? La belle question que voila, vous savez y repondre vous ? Alors ouai, les potes, ceux qui me font ou m'ont fait rester, vous me manquez :) Toi qui n'a pas reussi a mettre une clef 3G dans ton pyj, toi à qui j'ai dit bah t'as qu'a couper j'vais dormir (nan j'ecris pas en dormant, j'ai juste plus sommeil au final u_u ), toi qui proteste en ne faisant Rien. Mais vraiment rien. Et enfin toi qui vient de temps en temps parler sans vraiment le faire, mais qui me demande tout de meme si je serai la le soir pour jouer, je vous apprecie, de manieres differentes, avec des souvenirs qui le sont tout autant, et vous me manquez.

 

De dofus qui restera ? ha ha oui, encore une question a 10 points ! Hey bah non nanannereeeee :p J'ai deja ma ptite idée sur les gens qui ont laissé une belle trace de patte de mois en mois sur moi. Pas mal de cometes qui ont scintillé un instant, mais leur trace ne fait que briller bien loin de moi. Pourtant dans ce monde dit persistant, il y en a qui ont su faire cet adjectif leur à mes yeux. Tiens, quand j'y pense je pourrai presque tous les classer par musique, etrange :'p A part la ptite chossette peut etre (tu lis pas mon blog toi hein ? ^^' sinon j'ai interet a partir loinnnnn si tu vois ce surnom)

Aller, c'est parti pour ma playlist des dofusiens :')

Eiffel, Tandoori, pour celui qui serait d'accord avec moi de par sa formation, mais quand meme, non :p Dommage que aion rox tant

Yelle, Je veux te voir, peut etre pour les delires quand on menait la guilde a 2 y'a plus d'un an de ca, ou peut etre pour ton prof qui la connait, ou pourquoi pas apres tout :') smouuuutch ! je t'aime toi :)

Ella Fitzgerald, Summertime, pour celui qui je l'espere rencontrera un jour une femme qui chante comme elle, vroumvroum gaffe à l'atterrisage et arrete de complexer pour rien ^^

The Streets, Everything is borrowed, pour m'sieur P. Je sais pas pour toi, mais le "ça nous fera des souvenirs pour longtemps" c'est revelé vrai de mon coté. Take care.

Village People, YMCA, pour verdecafe qui fait son chemin tranquilement.

Eels, I need some sleep. Y'a tant a dire sur toi que je ne dirai rien :)

Eths, Liquide ephemere, juste parce que 1, 2, 3, 4...

Black Sabbath, Paranoid, alors, tu viens le faire ce thé mon 'chou' ? :'o

 

Des années pour certains, des jours pour d'autres. Ce n'est pas exhaustif, ce n'est pas definitif, ig, irl, la vie defile, nous eloigne et rapproche tour a tour. Phrase banale, digne d'un comptoir, et pourtant pas bien loin d'etre une reponse. Mais sur dof' ou devant l'ecran bleu du ciel je vis pour les bons moments. Les images qui restent gravée avec le halo d'emotions dont elles ont été le cadre. La sentation, allongée contre toi, de mes doigts sur ta peau ; le chant des oiseaux prevenant du retour du soleil qu'on entend depuis notre escalier isolé ; 4 imbeciles autours d'une caftiere froide et d'un jeu de tarot, abrités de la pluie sous cette grande porte de pierre (moui, je garde aussi des souvenirs de vous :] )

 



Huile sur toile

{ 01:43, samedi 9 mai 2009 } { 0 commentaire(s) } { 0 rétrolien(s) } { Lien }

 

 

J’ai posé sur mon lit un tableau. Contraste du cadre halé sur ce fond bleu rêveur. Mes doigts parcourent l’huile soyeuse, devinent sous elle le lin, et l’envie me vient de retoucher cette toile. Cette fibre, cet en dessous, que l’apret a su mettre en valeur, voilant pudiquement sa nature, je voudrais la faire mienne. D’abord hésitant, mon pinceau s’aventure au bord de l’œuvre, en redessine les courbes. Peu à peu elles se nimbent de pigments éclatants. La souplesse du medium attise mes sens tandis que je m’enivre de térébenthine. Est-ce cette pénétrante odeur qui me trouble à me faire croire que la toile vibre elle aussi ? Je veux plus encore d’elle, aucune brosse, aucune spatule, ne saurait apaiser mon envie de donner plus de corps à cette toile. L’huile me plait en cela, la sensualité affirmée de ses reliefs. Le vernis m’ennuie, je lui préfère la profondeur du glacis où la beauté née de l’indéchiffrable superposition des éléments qui le composent. Et je veux tout de lui, excepté en découvrir la technique. Qu’il garde son mystère, je peins ce soir avec mes sens seuls. Huile sur peau, la peinture devient plus encore instinctive. D’un toucher plus assuré je longe la perspective que j’aimerai cavalière. A chaque passage elle gagne en matière. Tout autour de nous n’est plus que noir de fumée alors que la seule lumière s’accroche à toi, ma toile. Je m’y prélasse encore, avant que les  reflets de ma palette d’alizarine ne s’étoilent de blanc. Dernières caresses sur ces gouttes de couleurs, lien éphémère qui se dilue sur le lin et la peau.



{ Page Précédente } { Page 1 à 4 } { Page Suivante }

Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

«  10 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Liens


Catégories


Articles Récents

Dallas - Episode 499
Touche pas au pc !
Dallas - Episode 423
De tout de rien. De mois en moi. Comprenne qui pourra.
Huile sur toile

Amis